11 July 2021

L'histoire de la colonisation des Autochtones

Avant de commencer notre discussion sur la traite des fourrures, une activité majeure qui a amené des Européens en grand nombre sur les terres autochtones. Nous devons d'abord parler des premières rencontres entre Européens et Autochtones dans ce qui est aujourd'hui le Canada. Nous ne pouvons pas commencer une conversation sur l'histoire du Canada en tant que nation sans parler de colonisation. La colonisation est un terme qui décrit le processus en cours où un groupe de personnes prend le contrôle d'un autre groupe de personnes. Le processus de colonisation implique un groupe de personnes, les colonisateurs, qui pénètrent dans les terres et les ressources d'un autre groupe. Les colonisés, souvent nuisibles ou même détruisant leur mode de vie. Les colonisateurs exploitent les ressources de la terre et utilisent souvent les terres à des fins de colonisation. L' Europe, par exemple, a eu de nombreux groupes de colonisateurs et les Européens ont eux-mêmes colonisé des groupes de partout dans le monde, y compris l'Afrique , l'Asie, l'Océanie et les Amériques. La colonisation est un processus. Il y a beaucoup d'aspects différents et tous les éléments colonisateurs ne se produisent pas en même temps ou dans le même ordre. Néanmoins, le processus de colonisation comprend : premièrement, la modification sérieuse des modes de vie autochtones, y compris les systèmes politiques, économiques, sociaux et spirituels ; deuxièmement, la mise en place d'un contrôle politique externe ; troisièmement, le fait de forcer la population autochtone à devenir économiquement dépendante. et quatre, fournir des services sociaux de qualité extrêmement médiocre, comme l'éducation et les soins de santé, aux peuples autochtones. L' effet accumulé crée des divisions sociales entre colonisateur et colonisé qui sont déterminées par la race, de ce fait. Promouvoir le racisme institutionnel dont nous parlerons plus en détail dans une leçon ultérieure. Bien que les premières rencontres avec le français et l'anglais ont été souvent pacifiques et ont eu des échanges bénéfiques à court terme. L' arrivée d'Européens en Amérique du Nord a entraîné la colonisation des peuples autochtones. Ce processus s'est produit au Canada pendant plusieurs centaines d'années. Et le Canada, tel que nous le connaissons aujourd'hui, sera très différent sans l'impact colonial de la France et de la Grande-Bretagne. 

La traite des fourrures comme entreprise commerciale a facilité la dynamique coloniale. Un commerce à petite échelle des fourrures est devenu une industrie complexe et complexe. La plupart des universitaires canadiens spécialisés dans l'histoire des autochtones vont jusqu'à classer la traite des fourrures comme un partenariat. Le commerce des fourrures entre les Européens et les peuples autochtones d'Amérique du Nord a commencé à la fin du XXe siècle. Les économies européennes ont profité de l'enlèvement de matières premières, comme la fourrure, dans des endroits lointains et du retour chez elles où elles seraient fabriquées en d'autres produits et vendues. Pour ce faire, les nations européennes avaient besoin de colonies capables d'extraire de grandes quantités de matières premières à moindre coût. Il y avait beaucoup de concurrence et de violence entre les différentes nations européennes pour contrôler ces précieuses matières premières. Cette façon de penser s'appelle le mercantilisme. Le mercantilisme est une théorie économique du commercialisme qui est, la croyance dans les avantages d'un commerce rentable. Le mercantilisme dans une colonie a conduit la politique et les actions européennes des années 1500 aux années 1700. En cette ère de mondialisation, l'Europe a créé des réseaux qui dominent directement et indirectement, des terres lointaines et des peuples. Bien que la brash coloniale de la fin du XVe et XVIe siècles ait été plus importante. Les dossiers archéologiques montrent que les Nordiques ont débarqué et établi une petite colonie en 1 000 ans, près de L'Anse aux Meadows, à Terre-Neuve actuelle. Nous ne savons pas exactement combien de temps cette colonie a duré et cela n'a peut-être été que quelques années. Les sagas nordiques, des histoires orales plus tard mises en écrit, racontent la rencontre de gens qu'ils appelaient Skraelings. Les skraelings étaient probablement des personnes appartenant à la culture dorsétienne, un groupe de personnes antérieures aux Inuits. Mais il aurait pu aussi être Beothuk, peuples autochtones de Terre-Neuve. Malheureusement, d'après les récits de saga, ces rencontres sont devenues violentes, et les Nordiques ont finalement été chassés par les Skraelings. Il est courant de parler de l'arrivée des Européens, en particulier des Français et des Anglais, comme la découverte du Canada. Bien sûr, cette découverte n'était pas vraiment une découverte pour les Autochtones. Les explorateurs et les commerçants français et anglais avaient simplement trouvé un endroit qu'ils ne connaissaient pas. Les peuples autochtones, qui vivaient en Amérique du Nord depuis plus de 40 000 ans, connaissaient bien la terre sur laquelle ils vivaient bien avant l'arrivée des premiers Européens. Pouvez-vous imaginer ce qui se passait dans l'esprit des Mi'kmaq lorsqu'ils découvrent pour la première fois un groupe d'Européens errants perdus ? Il n'est pas rare que des discussions sur l'histoire du Canada commencent autour de l'arrivée d'explorateurs comme Giovanni Caboto, aussi connu sous le nom de John Cabot, en 1497, Jacques Cartier en 1534 et Martin Frobisher en 1576. 

Des hommes d'apparence étrange sont tombés sur l'eau... Leurs peaux sont blanches comme la neige, et sur leurs visages de longs cheveux poussent. Ces gens ont traversé la grande eau dans de merveilleuses canots qui ont de grandes ailes blanches comme celles d'un oiseau géant. Le prophète ojibwe a également ajouté. Les hommes ont des couteaux longs et tranchants, et ils ont de longs tubes noirs qu'ils pointent vers les oiseaux et les animaux. Les tubes font de la fumée qui monte dans l'air comme la fumée de nos tuyaux. D' eux sont venus le feu et un tel bruit formidable. 

Après la colonisation nordique, les Premières nations et les Inuits n'ont plus rencontré d'Européens sur leurs terres avant la fin du XXe siècle. Le groupe suivant avec lequel les peuples autochtones se sont rencontrés et ont commencé à commercer était les baleiniers basques, les baleiniers et les pêcheurs français qui opéraient au large de la côte est à partir du XVIe siècle. Un commerce secondaire des fourrures a émergé avec ces premières rencontres entre Européens, Mi'kmaq et d'autres peuples des Premières nations de la côte est. Ces contacts étaient occasionnels. À ce stade, les nations européennes étaient surtout intéressées à tirer profit de la pêche. La mise en place de colonies et de colonies n'était pas une grande priorité pour eux. Ces premiers contacts ouvrent la voie à la traite des fourrures. Les Français, sous la direction de Jacques Cartier, furent les premiers colons européens à établir une colonie durable en Amérique du Nord. En 1534, l'explorateur français Jacques Cartier voyagea jusqu'au golfe du Saint-Laurent, au milieu de grands établissements autochtones. Les récits détaillés de Cartier sur les Mi'kmaq relayent la méfiance des deux peuples autochtones de Cartier, lors de la première rencontre du commerce. Après les rencontres commerciales réussies avec les Mi'kmaq, Cartier a voyagé encore plus à l'intérieur des terres. Plus loin dans la vallée du Saint-Laurent se trouvait un grand village iroquois de Stadacona. Dirigé par le chef Donnacona par la ville actuelle de Québec. Ici, Cartier a fait la première de ses nombreuses erreurs graves. Il érigea d'abord une grande croix qui portait les mots, vivait longtemps le roi de France et revendiqua la terre pour le roi de France. 

Le chef, vêtu d'un vieil ours noir, arrive en canoë avec trois de ses fils et son frère... Il nous a fait un long harangue, faisant le signe de la croix avec deux doigts, puis il a pointé la terre tout autour, comme s'il voulait dire que toute cette région lui appartenait. Et que nous n'aurions pas dû monter cette croix sans sa permission. 

Pour apaiser le chef Donnacona, Cartier lui a dit que ce n'était qu' un outil directionnel pour aider à naviguer sur ses navires. Après cela, la diplomatie et les interactions avec Cartier sont passées de mauvais en pire. Cartier attira et kidnappa les fils de Donaconna, Dom Agaya et Taignoagny, et les emmena avec lui, pour servir de guides dans ses explorations. Cartier ne savait pas que cela aurait été une mesure acceptable, si Cartier avait offert deux de ses hommes comme remplaçants. Quand Cartier est revenu, il a ramené Dom Agaya et Taignoagny avec lui. Peu après leur retour, la relation avec Cartier s'est affolée. Il n'est pas tout à fait clair pourquoi, mais cela a probablement eu à voir avec le fait que Cartier a ignoré les souhaits de Donnacona et a parcouru la rivière. À travers les terres traditionnelles contrôlées par Donnacona à Hochelaga. Incroyablement, lors du deuxième voyage de Cartier, il a kidnappé le chef Donnacona lui-même, avec six à dix autres, pour revenir en France. Il semble qu'il y ait eu des luttes de pouvoir ou des désaccords à Stadacona à cette époque, et en amenant Donaconna en France, Cartier le retirerait effectivement comme chef des Stadacona. Donaconna et les autres mourraient en France en 1539. Alors que les deux premiers voyages effectués par Cartier étaient axés sur l'exploration , le troisième et dernier voyage de Cartier en 1541 avait pour but de coloniser. Après avoir établi une colonie française sans obtenir la permission des peuples autochtones de la région, les colons étaient continuellement harcelés par les populations locales. De mauvaises relations, associées à l'épuisement des approvisionnements, les Français ont démantelé la colonie et regagné la France. Ce premier effort de colonisation du Canada fut bref et se termina en 1543. Les Français ont été les premiers Européens à réussir à établir une colonie au Canada.  

En 1603, Samuel de Champlain arriva à Taddoussac et formalisa une alliance avec les Innus, ou Montagnais, selon les coutumes autochtones. Quelques années plus tard, en 1608, Samuel de Champlain fonde Québec en Nouvelle-France. À cette époque, les Stadaconas et les Hochelagans, les groupes de personnes que Cartier avait rencontrés, ne vivaient plus le long du fleuve Saint-Laurent. Où sont-ils allés ? Il se peut qu'ils aient été chassés par des groupes mohawks, qui voulaient prendre le contrôle de cette zone commerciale clé. Il est probable que les Iroquois du Saint-Laurent se soient déplacés plus à l'ouest et ont fusionné avec les Wendat. Cette région était une importante région de commerce autochtone bien avant l'arrivée des Français, de sorte que de tels conflits n'étaient pas nouveaux.